jeudi 23 février 2017

LA BOISSON AMERE BUE PAR LE CHRIST SUR LA CROIX .

LA BOISSON AMERE BUE PAR LE CHRIST SUR LA CROIX .
Le Christ n’entendait pas souffrir inutilement. Aussi avait-il chargé un disciple d’acheter de l’essence naturelle d’amande amère, contenant , comme les noyaux de pêche, de l’acide cyanhydrique à l’effet foudroyant :Jean, XIX, 29 : « Jésus dit :J’ai soif.Il y avait là un vase rempli de vinaigre. Ils mirent au bout d’une branche d’Hysope une éponge imbibée de vinaigre et la portèrent à sa bouche. Quand Jésus prit le vinaigre, il dit : C’est fini. Il baissa la tête et rendit l’esprit. »
 Or, jamais, contrairement à ce que racontent les commentateurs, les Romains (ni les Juifs) n’ont bu de vinaigre,i ls buvaient seulement un verjus dont on ne voit pas pourquoi on aurait placé un vase près de la croix. Mais le mot vinaigre désigne en réalité une boisson plutôt amère qu’aigre, le poison conférant cette amertume au vin malgré me miel dontil es mêlé.  L’intervention de l’hysope ici est due à un contresens, javelot se disant hyssos en grec et ayant fait penser à hyssopitès, vin médicinal à base d’hysope, hébreu hesob,  comme l’élixir de la Grande Charteuse dont la recette est donnée par le docteur Valnet dans Aromathérapie pour calmer les dyspnées . D’ailleurs, ni Marc, plus ancien, ni Matthieu ne parlent pas d’hysope, car  cette herbe ne saurait servir pour élever même une éponge à la hauteur de la bouche du crucifié ; ils parlent d’une tige de roseau, une canne donax (Arundo donax Linné).De là l’étonnement deb Ponce Pilate lorsqu’il apprend la survenue rapide de la mort.
Les Evangiles apocryphes (au sens grec de renu secret, et non pas de non -authentique)nous donnent la clé de dezux contresens :
1)   Jean le Baptiste était végétarien. Or, on nous dit qu’il se nourrissait de miel et de  sauterelles ; L’Evangile des Ebionites ou des douze apôtres nous dit qu’il se nourrissait d’un miel sauvage qui avait le goût de la manne, comme nos gâteaux à l’huile (accusatif pluriel enkridas, mot utilisé dans l’Exode , mais qui a été confondu avec le grec akridas, sauterelles). La manne,  manna en grec, est une exsudation sucrée du tamaris du Sinaï, sorte de bruyère ou de ciste,  muriké en grec,en mai et en juin, provoquée par des insectes voisins des cicindèles.

2) « Donnez-nous notre pain quotidien » signifie en réalité, comme l’a dit saint Jérôme :  Donne-nous aujourd’hui notre pain de demain, notre pain de la vie future , mahar en hébreu.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire